Vous êtes ici : Accueil > Les métiers > Gestion et admi... > Juridique - Fis... > Juriste d'entreprise  

Juriste d'entreprise

Appellations les plus courantes

Juriste d'affaires, Juriste de contentieux, Responsable de service contentieux et recouvrement.,

Définition du métier

Analyser les problèmes et contentieux ayant des implications juridiques, assister et conseiller des personnes physiques ou morales sur les mesures et actions à prendre par l'entreprise. Assurer la sécurité juridique et la légalité des décisions et des actes de l'entreprise Présenter éventuellement la défense de clients au cours de plaidoiries,

Activités

  • Assistance et conseil juridique, relevant de son domaine de compétence, auprès de la direction et des responsables opérationnels
  • Instruction des dossiers juridiques, relatifs à son domaine de compétence
  • Suivi des contentieux et représentation de l'entreprise, du pôle d'activité devant différentes instances
  • Supervision de l'ensemble des démarches juridiques concernant son domaine. Contrôle de la légalité des contrats s'y rapportant.

Savoir-faire

  • Évaluer l'impact, les conséquences à terme des choix et décisions relatifs à son domaine de compétence
  • Évaluer et sélectionner une offre de prestation (fournisseur, sous-traitant.)
  • Discerner les informations confidentielles de celles qui peuvent être communiquées en interne / externe
  • Travailler en équipe / en interservices
  • Conseiller et orienter les choix d'une personne ou d'un groupe, relatifs à son domaine de compétence
  • Élaborer et rédiger des documents contractuels, des actes et/ou dossiers juridiques relatifs à son domaine de compétence
  • Utiliser les outils bureautique / la micro-informatique
  • S'exprimer et / ou lire dans une langue étrangère (en anglais la plupart du temps)
  • Identifier et caractériser la demande, les besoins ou attentes des responsables
  • Analyser et évaluer les risques / dangers (actuels, potentiels) relevant de son domaine de compétence, définir et argumenter les mesures ou dispositifs à mettre en oeuvre
  • Sélectionner des données, des informations, des documents relatifs à son domaine d'activité
  • Analyser et interpréter des données / résultats, définir et argumenter des choix, des recommandations, des solutions, relatif à son domaine
  • Argumenter et négocier des prestations, des accords, des compromis, des protocoles techniques avec des interlocuteurs internes et / ou externes

Connaissances

Connaissances Niveau Code NSF
Droit et réglementation de l'environnement Connaissance opérationnelle 12518
Droit des assurances Connaissance opérationnelle 41039
Bureautique / micro-informatique Connaissance opérationnelle 35066
Droit du travail / Législation sociale Connaissance opérationnelle 13222
Techniques de négociation Connaissance opérationnelle 15005
Langues étrangères Connaissance opérationnelle 15254
Droit de la propriété intellectuelle / industrielle Connaissance opérationnelle 13245
Finances / analyse financière Connaissance opérationnelle 32623
Droit commercial Connaissance opérationnelle 13272
Droit des affaires Connaissance opérationnelle 13261
Droit fiscal / Fiscalité entreprise Connaissance opérationnelle 13366

Observations

Depuis quelques années, le rôle du juriste d'entreprise s'est affirmé et développé. Les services juridiques apparaissent plus ou moins importants selon la taille de l'entreprise. En entreprise, le juriste peut effectuer des tâches variées de conseil, de documentation, d'administration ou faire partie d'un secteur juridique spécialisé, en tant que responsable du département des marques et brevets par exemple. Les petites et moyennes entreprises, quant à elles, n'ont pas toujours les moyens d'avoir un juriste à demeure et font également appel à ces cabinets de conseils ou à des cabinets d'avocats. Quel que soit le lieu d'exercice, le juriste d'entreprise est le consultant permanent de l'entreprise pour les questions commerciales, financières et techniques. Son rôle s'est accru avec l'ouverture des marchés sur l'international et la complexité des lois et des règlements. Car le droit représente une véritable arme de négociation mais aussi de protection. Il doit se tenir informé de l'évolution de la législation en droit commercial, droit du travail, droit des contrats, etc. Il a également un rôle de conseil, d'assistance et de prévention auprès de la direction, des responsables opérationnels et de la clientèle. Il peut assurer les relations extérieures de l'entreprise avec des organismes professionnels ou être en liaison avec des experts ou avocats. Ce métier fait donc appel à diverses qualités dont la rigueur mais aussi la faculté de communication. Il ne s'agit plus seulement de " bûcher " ses dossiers, encore faut-il être un véritable négociateur. De nouvelles fonctions sont apparues avec le développement de problèmes de droit plus spécifiques et la complexité croissante des cas. C'est pourquoi, le juriste d'entreprise peut aussi être un spécialiste : dans le domaine du droit des contrats ou dans celui de la protection de la propriété industrielle, en droit international ou en droit de l'environnement, etc.

Formation de base et apprentissage

Bac+5 dans le domaine juridique, spécialisation droit des affaires

Perspective d'évolution professionnelle

  • Directeur(trice) juridique
  • Secrétaire général
  • Responsable des ressources humaines
  • Spécialisation dans un domaine juridique : contrats, commercial, licences...

Comparaison métiers

Cet outil de comparaison permet de mettre en relation deux métiers afin d'identifier les connaissances communes et les connaissances à acquérir ou à développer pour exercer le métier. Il compare le métier actuel de la page avec le métier sélectionné dans les menus déroulant.


En savoir plus sur les connaissances

Connaissance de base (niveau 1)

Connaissance générale propre à un champ. L'étendue des connaissances concernées est limitée à des faits et des idées principales. Connaissance des notions de base, des principaux termes. Connaissance, le plus souvent, fragmentaire et peu contextualisée. Durée courte d'acquisition de la connaissance d'un champ donné (quelques jours, semaines à quelques mois)

Connaissance opérationnelle (niveau 2)

Connaissance détaillée, pratique et théorique, d'un champ ou d'un domaine particulier incluant la connaissance des processus, des techniques et procédés, des matériaux, des instruments, de l'équipement, de la terminologie et de quelques idées théoriques. Cette connaissance est contextualisée. Sa durée d'acquisition se situe de un à deux ans

Connaissance approfondie (niveau 3)

Connaissance théorique et pratique approfondie. Maîtrise des principes fondamentaux du domaine, permettant la modélisation. Une partie de la connaissance porte sur des connaissances avancées ou de pointe. Durée d'acquisition de la connaissance de l'ordre de 3 à 5 ans

Connaissance d’expertise (niveau 4)

Connaissance permettant de redéfinir des pratiques professionnelles dans un champ à l'interface entre des champs différents, et de produire une analyse critique de la théorie, des principes. Connaissance très contextualisée, nécessitant une durée d'acquisition au moins égale à 2/3 ans et plus, à partir du niveau 3